• GAIHST

Agressions sexuelles : des avocats s’impliquent


Me Wolfgang Mercier Giguère, avocat plaideur

Par Delphine Jung






Les avocats ont-ils un rôle à jouer dans la vague de dénonciation pour agressions sexuelles qui touchent le Québec ?



Me Wolfgang Mercier Giguère a en tout cas décidé d’agir. Depuis vendredi, il propose des services juridiques gratuits pour les personnes qui se disent victimes d’agressions sexuelles.

Ce titulaire d’un bac et d’une maîtrise en droit obtenus à l’Université de Sherbrooke, Barreau 2009, a pris cette décision à la suite des nombreuses allégations faites à l’encontre de personnalités québécoises.

« Je suis impliqué dans différents organismes et je donne des conférences dans les écoles avec Éducaloi. C’est là que je me suis rendu compte que les gens ne savent pas toujours à qui parler. Ils pensent aussi que ça va leur coûter de l’argent. Je me suis demandé comment faire pour amener les gens à se confier lorsqu’ils se sentent victimes d’agressions sexuelles ou de harcèlement », explique Me Mercier Giguère, 34 ans.

L’avocat plaideur, qui pratique en Beauce, dit s’être dirigé vers des études de droit pour aider les gens. Père d’une petite fille de 4 ans, il a été sensible aux diverses allégations d’agressions sexuelles rapportées dans les médias ces derniers jours.

Il appelle ses confrères : « part nos connaissances et le secret professionnel auquel nous sommes tenus, les avocats peuvent aider. J’espère que mes confrères feront de même ».

Depuis qu’il a lancé cette initiative, Me Mercier Giguère dit avoir reçu une dizaine de personnes. « Ce ne sont que des femmes, mais je voudrais rappeler que les hommes aussi peuvent être concernés, notamment par le harcèlement. Ils sont aussi les bienvenus », poursuit-il.

Juripop réagit aussi

Dans la même veine, l’organisme Juripop a décidé de tenir une clinique juridique gratuite vendredi et samedi soir, au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Beaubien.

Ainsi, une dizaine d’avocats bénévoles et des intervenants d’organismes d’aide seront présents dans les bureaux du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), pour donner des conseils gratuits à ceux qui en auraient besoin.

Les gens auront accès à un panel d’informations où des avocats et des intervenants sociaux démystifieront le processus de dépôt d’une plainte de harcèlement ou d’agression sexuelle.

Avec Radio-Canada


Pris de: http://www.droit-inc.com/

Le 26 octobre 2017

Groupe d'aide et d'information sur le harcèlement sexuel au travail de la province de Québec inc.

Adresse
2231, rue Bélanger
Montréal (Québec)  H2G 1C5
info@gaihst.qc.ca

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Téléphone: 514-526-0789
Télécopieur : 514-526-8891

© 2018 GAIHST