• GAIHST

Pour en finir avec le harcèlement dans le milieu culturel


MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Les gens luttant contre les comportements déplacés dans le milieu culturel québécois ont reçu un appui de taille, mardi. L’inis a dévoilé «Il était une fois... de trop», une plateforme de formation numérique visant à enrayer le harcèlement au travail.


Disponible sur mobile, tablette et ordinateur (unefoisdetrop.ca), l’initiative est le fruit de nombreux efforts, discussions et recherches de contenu découlant du mouvement #MoiAussi/#MeToo. Ce dernier a pris de l’ampleur en 2017, suite au scandale sexuel impliquant le producteur américain Harvey Weinstein et celui braquant les projecteurs sur l’animateur québécois Éric Salvail.


Plusieurs organismes, regroupements et associations d’ici ont appuyé le nouveau projet de diverses façons.


«Ç’a été beaucoup de travail, beaucoup de mobilisation, a détaillé Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes qui a lancé l’idée d’un guichet unique il y a deux ans. On se disait que s’il y a une place où tu peux parler d’une seule voix, c’est bien en ce qui concerne le harcèlement. Peu importe que tu sois producteur ou interprète... Il faut s’entendre sur un message: c’est intolérable.»


Le but de la plateforme est simple: «On souhaite qu’¨Il était une fois... de trop¨ soit un moteur de discussions sur le harcèlement, pour qu’on se donne les moyens de le prévenir», a indiqué Michel G. Desjardins, directeur général et directeur des programmes de formation de L’inis.


La mission d’«Il était une fois... de trop» se décline en trois objectifs précis: comprendre, reconnaître et prévenir le harcèlement en culture. Mais ce n’est pas chose facile.


«Définir le harcèlement dans un milieu de travail comme celui de la culture n’est pas une mince affaire. Il y a tellement de nuances et c’est important pour nous de ne pas dénaturer notre milieu», a souligné Bianca Nolasco, responsable de la supervision de la plateforme.


Démarche confidentielle, message universel

En se rendant en ligne, les usagers n’auront pas à craindre la divulgation de leur identité. Le système permettant les visites n’enregistrera aucune donnée personnelle.


Bien qu’«Il était une fois... de trop» ait été pensée pour l’univers culturel - qui regroupe plus de 150 000 travailleurs au Québec - et financée par le ministère de la Culture, la plateforme tend à rejoindre les employés de toutes les sphères professionnelles.


«On a fait en sorte que le contenu reflète la réalité du milieu culturel, a précisé Michel G. Desjardins. C’est important que les gens de notre milieu puissent s’y reconnaître, s’y identifier. Cependant, le message véhiculé est un contenu universel, qui est le même pour tout le monde. Les situations existent partout, dans tous les milieux».


Une version anglaise intitulée «Stop Harassment - End of Story!» sera disponible à la fin du mois.


Pris de: https://www.tvanouvelles.ca

Le 04 juin 2019

Groupe d'aide et d'information sur le harcèlement sexuel au travail de la province de Québec inc.

Adresse
2231, rue Bélanger
Montréal (Québec)  H2G 1C5
info@gaihst.qc.ca

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Téléphone: 514-526-0789
Télécopieur : 514-526-8891

© 2020 GAIHST