• GAIHST

Une modernisation des normes du travail réclamée par des élus


Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre du Travail, Dominique Vien, a déjà annoncé en février son intention de réviser la loi.

Dans la foulée du mouvement #MoiAussi, une coalition formée d’une vingtaine d’élus de divers partis politiques du Québec et du Canada réclame dans une lettre ouverte des modifications à la loi québécoise des normes du travail, afin qu’elle traite désormais de harcèlement sexuel.


À côté des noms de la députée péquiste Catherine Fournier, du député caquiste Éric Lefebvre et du député néodémocrate Alexandre Boulerice figurent, entre autres, les signatures d’associations étudiantes et de groupes de femmes du Québec.

Au total, ils sont une soixantaine à mettre de la pression sur le gouvernement Couillard afin qu’il modernise la Loi sur les normes du travail, qui n’a pas connu de réforme majeure depuis 2002.


« Maintenant obsolète, cette loi ne traite pas spécifiquement du harcèlement sexuel, ce qui rend plus difficile la dénonciation des violences pour les victimes », lit-on dans la lettre, dont « tous les partis ont pris connaissance », selon la marraine de la missive, Mélanie Lemay.

La jeune femme, qui est l’une des instigatrices du groupe Québec contre les violences sexuelles, dit avoir remarqué, « sur le terrain », que les dossiers de harcèlement sexuel en milieu de travail sont souvent étiquetés comme étant du harcèlement psychologique.


« [Plusieurs] survivantes m’ont expliqué comment ce qu’elles ont vécu a été complètement effacé, minimisé pour protéger la réputation de l’institution ou [pour protéger] la personne qui a commis le geste, parce que c’est un cadre ou une personne influente », a-t-elle relaté, plaidant pour la mise en place « d’un processus d’intervention clair, qui est distinct de ce qui peut se passer en harcèlement psychologique ».


La Loi sur les normes du travail ne contient aucune mention des violences sexuelles. La seule référence au harcèlement qu’elle contient fait référence à celui qui est psychologique, et qui se rapporte à des comportements ou paroles « hostiles ou non désirés » portant atteinte à la dignité d’un salarié.


La ministre du Travail, Dominique Vien, a déjà annoncé en février son intention de réviser la loi. « Nous rédigeons un projet de loi, qui sera déposé d’ici Noël », a attesté mardi son attaché de presse, Florent Tanlet.


La question du harcèlement sexuel fait partie de la réflexion, au même titre qu’une série d’autres sujets, a-t-il ajouté.


Dans sa lettre ouverte sur les violences sexuelles, la coalition chapeautée par Mélanie Lemay demande aussi que soient déployés « des moyens concrets pour rendre nos environnements sociaux plus diversifiés », en plus de réclamer l’analyse différenciée selon les sexes dans « les orientations et décrets gouvernementaux ».


Les centres d’aide débordés

Le mot-clic #MoiAussi a causé une vague de demandes d’aide auprès des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) et du Service de police de la Ville de Montréal. Le dernier a reçu 426 appels en date du 30 octobre. Du nombre, 87 appels ont entraîné des ouvertures de dossiers d’agressions sexuelles. Dans les CALACS du Québec, la hausse de nouvelles demandes a varié entre 100 % et 533 %, au cours de la période du 16 au 26 octobre.

Les délais d’attente pour obtenir des services ont atteint 18 mois dans certaines régions. « [Les CALACS] sont à bout de souffle et n’ont pas encore vu la couleur de l’argent annoncé par la ministre David », a déclaré le Regroupement des CALACS, dans une référence à l’aide d’un million de dollars annoncée le 19 octobre par Québec. « Nous travaillons actuellement à la répartition des sommes en fonction des besoins », a assuré la ministre Lucie Charlebois, disant vouloir agir « rapidement ».


Pris de: https://www.ledevoir.com/

Le 01 novembre 2017

Groupe d'aide et d'information sur le harcèlement sexuel au travail de la province de Québec inc.

Adresse
2231, rue Bélanger
Montréal (Québec)  H2G 1C5
info@gaihst.qc.ca

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Téléphone: 514-526-0789
Télécopieur : 514-526-8891

© 2020 GAIHST